Le Malawi et la Tanzanie demandent une médiation au sujet du lac Malawi

Le Malawi et la Tanzanie vont demander à l’ancien président du Mozambique Joachim Chissano de le rôle de médiateur dans un différend frontalier sur le lac Malawi qui se situe au milieu de l’exploration pétrolière a déclaré un ministre du Malawi.

« Une délégation de responsables venant de la Tanzanie et venant du Malawi se rendra au Mozambique le 20 Décembre afin de transmettre la demande » a indiqué le ministre des Affaires étrangères Ephraim Chiume lors d’une conférence de presse.

«N’ayant pu parvenir à un consensus, nous mettons l’affaire entre les mains des anciens chefs d’Etat des pays de la SADC (Southern African Development Community) afin de nous aider à négocier», a déclaré Chiume.

Tanzanie et le Malawi ont co-écrit la lettre, a ajouté le ministre.

Les deux pays sont en désaccord sur leur frontière sur le lac d’Afrique australe où chacun des pays pauvres espère découvrir de précieuses ressources naturelles.

Sur la base d’un accord de colonial 1890, le Malawi revendique la propriété de l’ensemble du lac Malawi.

La Tanzanie insiste sur le fait que la moitié du lac tombe dans ses frontières et lorgne déjà pour l’exploration du gaz naturel.

La partie litigieuse est une bande très peu développée sur le lac, où le Malawi a obtenu une licence pour la société britannique Surestream pour l’exploration pétrolière dans les eaux du nord-est à proximité de la Tanzanie.

Les 29 600 kilomètres carrés d’eau du lac d’eau douce se classe au troisième rang de l’Afrique et se trouve dans le réseau des Grands Lacs qui s’étendent le long du rift est-africain.

Le lac est également une attraction touristique majeure au Malawi et il est à cheval sur un tiers du territoire du pays.

La Tanzanie l’appelle le lac Nyassa, tiré de nom colonial du Malawi.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Commentez

Design by JB