Le tourisme en Afrique arrive lentement à maturité

500 délégués venus du monde entier sont arrivés à Victoria Falls, au Zimbabwe, en mai, pour délibérer sur la voie de l’avenir du tourisme en Afrique. L’office du tourisme du Zimbabwe, hôte du congrès de l’Africa Travel Association (ATA), avait organisé un très bon accueil. Les délégués ont visité les Chutes Victoria – l’une des sept merveilles naturelles du monde – où ils ont participé au saut à l’élastique au-dessus de la rivière Zambèze. Ils sont ensuite allés en safari, à la rencontre des lions et des éléphants. Plus tard, ils ont savouré une cuisine locale et dansé avec enthousiasme sur de la musique traditionnelle.

L’intention de l’hôte était claire: voir, sentir et croire. Le Zimbabwe a suscité chez les ministres du tourisme du Ghana, de la Namibie, de l’Ouganda et d’autres pays africains beaucoup d’optimisme pour le devenir sur le potentiel du continent. A déclaré l’ambassadeur américain Charles A. Ray, «Le Zimbabwe, même avec son incertitude politique, est un marché potentiellement énorme. »

Les observateurs du tourisme sont optimistes. En 2004, le Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD) a approuvé un plan d’action pour faire de l’Afrique la « destination du 21ème siècle. » Taleb Rifai, secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), a récemment déclaré que «l’Afrique a été l’une des régions touristiques les plus croissantes de la dernière décennie. « Le secteur emploie déjà environ 7,7 millions de personnes en Afrique. M. Rifai a cité des données montrant une augmentation constante des arrivées de touristes en Afrique, passant de 37 millions en 2003 à 58 millions en 2009.

Les recettes touristiques sont la bouée de sauvetage de nombreuses économies. Environ 50 pour cent du produit intérieur brut (PIB) des Seychelles proviennent du tourisme. Les recettes sont de 30 pour cent au Cap-Vert, 25 pour cent à Maurice et 16 pour cent en Gambie. Les rapports de la Banque mondiale que le tourisme représente 8,9 pour cent du PIB en Afrique orientale, 7,2 pour cent de l’Afrique du Nord, Afrique de l’Ouest 5.6 de et 3,9 pour cent pour l’Afrique australe. En Afrique centrale, le tourisme contribue à seulement 1 pour cent.

En dépit de cela, la part de l’Afrique dans les arrivées de touristes internationaux est relativement faible. Il y avait 980 millions d’arrivées de touristes internationaux en 2011, dont seulement 50 millions qui se sont rendus en Afrique. L’Afrique du Nord a subi une perte de 12 pour cent en 2011 à l’année précédente en raison de l’instabilité politique de cette région, baissant encore plus la part du continent dans des arrivées internationales. Mais cette perte a été partiellement compensée par une légère hausse de 7 pour cent en Afrique sub-saharienne, qui gagne 2 millions d’arrivées. Dans l’ensemble, les données de 2011 montrent que l’Afrique fait mieux que le Moyen-Orient, qui a perdu 5 millions d’arrivées. En général, les personnes les mieux rémunérées du continent sont l’Egypte, l’Afrique du Sud, le Maroc, la Tunisie et Maurice, selon l’OMT.

La Communauté est-africaine (EAC), un bloc régional, espère attirer les touristes provenant d’autres parties du monde – pas seulement l’Occident – pour aller dans différentes parties de l’Afrique orientale – et pas seulement au Kenya et en Tanzanie. La stratégie de l’EAC, développée en 2006, consiste à utiliser des DVD, des brochures et d’autres matériels pour promouvoir la région en tant que bloc. Lors des conférences touristiques internationales, l’Afrique parle désormais d’une seule voix.

Ce qui attire les touristes dans un pays, une région ou un continent? « Je voulais voir quelque chose de différent de l’Europe et j’ai décidé de visiter le Kenya et la Tanzanie.» les touristes sont attirés vers les pays disposant de bonnes infrastructures, de la sécurité et de l’assainissement. Janet Kiwia, le directeur général de Voyages Jet Tours mondiale et en Tanzanie, ajoute que de mauvaises routes, les aéroports mal entretenus, des pannes d’électricité et d’autres lacunes n’aident pas à garder les touristes.

Le tourisme de nature, y compris les gorilles, présente des opportunités. Plus de 700 gorilles de montagne vivent dans les montagnes de Virunga qui couvrent l’Ouganda, le Rwanda et la République démocratique du Congo (RDC). Face à l’instabilité politique, la RDC cherche à attirer les touristes en faisant payer des taux plus bas que le Rwanda et l’Ouganda. En 2011, les trois pays a engrangé un total de 225 millions de dollars du tourisme de gorille. La sensibilisation du tourisme des gorilles à travers les médias sociaux peut attirer plus de touristes de différentes parties du monde. Plus de touristes signifie plus d’argent dépensé sur les hôtels, les restaurants, les guides touristiques et de souvenirs.

Il peut prendre un certain temps avant que l’Afrique ne rattrape l’Europe en matière de tourisme, qui a reçu 480 millions de touristes l’année dernière. Mais les arrivées internationales ont atteint le cap du milliard dans le monde entier en 2012, l’Afrique doit viser une plus grande part du gâteau. De bonnes infrastructures, la sécurité et une communication efficace sur des attractions du continent peuvent être des points de départ.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Commentez

Design by JB